Du passee

Vue d'ensemble sur Predeal

Le nom de la localité a suscité d'intérêt pour plusieurs exégètes, la plupart restant à la conclusion qu'il est un nom latin, en traduisant le terme latin "Pre Deal" par "au dessus de la colline", "devant la colline" ou "propriété dépendante". Comme il est connu, des villes avec ce toponyme sont nombreuses: "Predeal" dans le Plaiul Teleajenului, "Predelut" a Bran et "Predelus" a Bratocei.

On sait que Predeal est mentionné en 1368, lorsque l'armée dirigée par le voïvode de Transylvanie, Nicolae, traverse Munténie par l’étape de Predeal, pour résister a Vladislav I (Vlaicu Voda). En fait, en juin 1358, lorsque la peuple de Brasov reçoive de Ludovic I, le successeur de Carol Robert, des droits sur la "route de Braila", " de se rendre libres et sans aucun danger pour transporter les marchandises et toutes les choses" sur une route "entre Buzau et Prahova", ce chemin ne pouvait être que par l’étape de Predeal. Par la suite, les dirigeants valaques, Radu Voda dit Plesuvul (Le Chauve) (fils de Mircea cel Batran) en 1421, Vladislav le IIème en 1542, Vlad Tepes en 1476, pour ne mentionner que quelques-uns, renforcent a la peuple de Brasov l'accès à cette route, ce qui avec certainement conduit au peuplement de la région.

La carte de Transylvanie de la "Cosmographie" par Johanes Honterus, publiée en 1532, siège la limite du pays sur la Vallée de Prahova, en confirmant l'existence de la route officielle des diligences et des caravanes des marchands.

Les documents du XVIIIème siècle mentionnent environ le 1700 l'auberge de la Gura Rasnoavei, utilisé par ceux qui ont cherché du refuge en Transylvanie. Il existe puis "L’auberge de la frontière" d'autour des gares ferroviaires actuels et, en 1750, L'auberge de Ruja, dans le nord de Predeal, probablement sur le site où on trouve aujourd'hui l'hôtel Carmen, L'auberge de Gura Vaii Puristoaca (la Vallée Teascului), qui devint ultérieurement la maison d'un forestier et, plus tard L'auberge Malul Ursului, situé dans le sud de la ville, appartenant puis à l'ermitage de Predeal.

Pendant le règne de Constantin Brancoveanu, lorsque la douane de Timis fonctionnait, la route et la halte de Predeal étaient plus peuplées, surtout après que Serban Cantacuzino ramassa le monastère de Sinaia (1695).

Après la guerre russo-turque-autrichienne (1736-1739, fini avec la paix de Belgrade), les autrichiens restaurent la route de Predeal, en construisant des ponts en bois pour l'accès à Bucarest.

Mémorables pour ces endroits sont restés les événements de 1787 quand la région de Predeal est devenue la scène de la guerre et après, le 24 août, les turcs ont déclaré la guerre à la Russie et puis a l'Autriche.

La construction de la route Ploiesti-Predeal en 1846 a contribué au peuplement, en particulier avec des gardes-frontières et des agents des douanes, notamment dans la région de nord de l'ermitage (fondé en 1774).

Pendant la révolution de 1848, la région de Predeal est de nouveau la scène de batailles stratégiques. Beaucoup de révolutionnaires se sont refugiés vers le Monastère de Predeal, parmi eux et le moine Varlaam Barancescu, qui faisait partie du groupe des combattants de Pantazi (un des collaborateurs de Nicolae Balcescu). Après que le général Baron Puchner, le commandant la Transylvanie, demande de l'aide au feld-maréchal Luders, le commandant de musique, en se trouvant a Bucarest, pour défendre le Brasov et Sibiu contre les Hongrois, le Predeal redevient le théâtre de la guerre : avec 2. 680 soldats d'infanterie, 430 uhlans, 190 cosaques et 8 canons, commence de Bucarest à Brasov. L'ermitage et les maisons des habitants de Predeal étaient occupés abusivement, en installant ici un "corps d'observation". S'entendant que les sicules menacent le Brasov, les russes vont vers Brasov, les jours de 2, 3 et 4 février 1849, où ils trouvent le général autrichien Schurter avec ses troupes et un corps de légionnaires roumains et saxons. Predeal serait repeuplé maintenant avec des roumains de Brasov, qui ont intermittent quittés la maison pour échapper à Bucarest. Le 20 Février, au pied des montagnes Predeal, sur un froid glacial, les troupes autrichiennes d'Engelhardt arrivent, et, le lendemain, les russes. A la quarantaine de la douane de Timis des violents combats se sont donnés entre les hongrois et la brigade de l'autrichien Null. Les hongrois brûlent la forêt de Timis, en forçant les autrichiens à se retirer a Predeal, où les combats se poursuivent. Le bataillon III autrichien dirigé par les Turchy et par 2 compagnies des gardes-frontières sortent de Predeal par les bois de Vladeta. Le conflit a entraîné la perte de 186 soldats autrichiens. Ont été volés de plus de 100 maisons. Le colonel hongrois Alexandru Kiss avait occupé Predeal et les détroits de Timis avec des 4.000 soldats et plus des canons, en attendant ici les russes. A 7/19 juin on commence la première bataille entre les russes et les hongrois, d'abord en haut et ensuite jusqu'à la côte de Predeal, où le colonel Ion Costin, le commandant du régiment 1 de cosaques (roumains de Bessarabie) a été victime.

Entré dans le circuit d'intérêt national, Predeal crée à 1870, dans un local situé au croisée des chemins de la route de Joita, le premier bureau de poste, a seulement 16 ans après qu'on a introduit les timbres-postes pour l’affranchissement de la correspondance.

Vue d'ensemble sur Predeal

Les événements de la Guerre d'Indépendance ont rencontré à Predeal une haute visibilité. Plus de 200 jeunes sont allés à 1 Avril, 1877 avec d'autres compagnies du Régiment VII de Dorobanti, en constituant une brigade du colonel Sachelarie Oton, également la compagnie VIII Dorobanti sous la direction du capitaine de Predeal Grigore Strambeanu, atteignant le Pelisat, en participant à l'assaut de Grivita no. 1; puis, en 11/23 Septembre a Verbita, où il a construit avec d'autres troupes le fort "Alexandru" et la lunette "Craiova". Dans la mémorable journée du 28 Novembre / 10 Décembre 1877, la compagnie de Predeal se trouve à l’entrée de Vidin, entrant aussi de Plevna, d’où se dirige vers Rahova et Lom-Palanca en prenant part aux opérations dans l'ouest de la Bulgarie. Le 30/11 Janvier 1878, la compagnie VIII de Predeal (avec toute la brigade II Ipatescu, division 4) avance vers Belgradejik pour occuper le village de Tarnac, puis avance vers la position renforcée de Tatargik et a 12/24 Janvier entre victorieuse à Vidin. Après la paix de San-Stefano, ils traversent le Danube à 21 février 1878 se retournant à la maison couronnés de lauriers. Parmi les personnes présentes se trouvait aussi le sergent Dascalescu Petre, qui a donné à Ioan G. Babes des informations comme témoin oculaire. D’autre peuple de Predeal était dans le Bataillon II Chasseurs, y compris Oaie Dumitru décerné le " Vertu Militaire" et "la Croix de Saint-Gheorghe ". Parmi les héros, dont les seins s’ agitant des embellissements comme " Traversant le Danube ", "Défenseurs de l'Indépendance", "Étoile de la Roumanie", "Défenseurs de l'indépendance", ou " Vertu Militaire d’Or ", " Virtue militaire d’argent" on mentionne au capitaine Strambeanu, le sergent-majeur Andreescu, les sergents Francu Dumitru, Dascalu Petre, Popescu George, Bunghezu Ion, le caporal Irimia Ion et le soldat Iordache George. Parmi ceux qui sont morts sur le champ de bataille on mentionne le sous-lieutenant Florescu (a Grivita), les soldats Petrascu Stavar (a Grivita aussi), Urloi Ion (a Plevna), Nicolae N. Lica, Mihai Dumitru, Neagoe Vasile, Serb Banu, Gatej Dumitru, Stan George, Badila Ion, Todor Moïse (sur les différents champs de bataille).

La mise en service du chemin de fer de Ploiesti-Predeal, en 1879, et la construction de la station de passagers apporte à Predeal un plus grand prestige. La nouvelle allocation de 1881 conduit à une augmentation du nombre de ménages, peuplant surtout le nord de Predeal, a Malul Ursului, puis vers la Vallée de Joita, au pied du Clabucetul Taurului, Susaiului et Cioplei avec des pentes plus ensoleillées. La date de 10 juin 1879 marque l'apparition de la première machine à vapeur qui a circulé entre Sinaia et Predeal.

Jusqu'à 1864, Predeal faisait partie du village Podul Neagului, qui comprenait toutes les colonies sur la vallée supérieure de Prahova, avec la résidence à Podul Neagului, près de Comarnic jusqu'a 1833 quand il a déménagé a Busteni. A cette année Posada et Podul Neagului se détachent de la commune et s’accrochent à Comarnic. En 1880, Sinaia, appelée jusqu'a 1874 " Podul Negrului" et unie avec Posada, Comarnic, devient commune. Predeal, Azuga, Busteni et Poiana Tapului se détachent de cela pour former une seule commune sous le nom de Predeal, au 7 mai 1885, en couvrant de cette façon une superficie d'env. 22 km jusqu'à l'eau de Peles, du sommet de Bucegi, jusqu'à l'eau du sommet de l’Unghiei et à la chaîne des montagnes de Doftana. Par conséquent, au 7 mai 1885, le nouveau conseil de la commune de Predeal est constitué, avec la résidence dans la mairie de Predeal, dans le locale de l'école devant le monastère. Dans l’incendie du 20 janvier 1889, le local est détruit, ce qui explique pourquoi la Mairie a été offert d'hébergement par l’Usine de Tissu d’Azuga, à partir du 21 Avril 1889, et par la loi de 1892, toute la résidence de la commune de Predeal se déplace à Azuga, où avaient commencé la construction d'un local propre, le roi Carol offrant gratuitement une partie de sa propriété.

En 1908, Predeal et Azuga se détachent de Busteni et Poiana Tapului, ainsi que le 20 mai 1912 signent l’acte de naissance de la commune autonome Predeal, en recevant l’indépendance administrative pour les 75 contribuables. En conséquence, dans la même année est établi la banque populaire "Les sources de Prahova". Le dossier de recensement de cette année enregistrait 267 bâtiments (dont 75 villas). Depuis 1913 a été fondée la Société d’Embellissement de Predeal.

En termes de la Première Guerre Mondiale, Predeal redevient le théâtre de la bataille, sur ces lieux se déroulant des confrontations violentes.

Cartes


Les coordonnees GPS

45°31´38´´ N 25°34´24´´E


Cours d'echange

Météo Predeal